jeudi 4 octobre 2012

Podcast "One Shot" n°13 : Monostatos






(Durée 1 : 11 : 17)

Monostatos, le jeu de rôle indépendant de Fabien Hildwein, est sorti le mois dernier ! C'est un grand pas en avant pour le jeu de rôle indépendant francophone et pour le rayonnement des auteurs de Silentdrift. Pour fêter ça, La Cellule lui consacre ce mois-ci son "One Shot" ; une émission épique qui va se dérouler dans l'univers héroïque et désertique de Monostatos.


Avec Fabien Hildwein en personne, Natacha, Adrien et Thomas, nous tenterons de faire la critique plus complète possible de ce jeu de rôle entre poésie baudelairienne et fantasy nietzschéenne. Mr Hildwein, féru de Game Design et de théories forgiennes, ne manquera pas de nous détailler les raisons de certaines mécaniques et de certaines règles. La présentation du jeu sera donc également l'occasion de revenir sur sa structure et son écriture.



Si Fabien participe régulièrement à ce podcast, c'est aussi parce que nous avons adoré son jeu. Alors, sans surprise, la rédaction est enthousiaste. Pour mémoire, nous avions déjà consacré un autre podcast à l'univers de Monostatos. A l'époque, le jeu était encore en construction, mais il nous semblait déjà très prometteur. Soyez nombreux à voler le feu de Monostatos, sur lulu.com !

Au passage, je profite également de ce message pour vous signaler que Fabien Hildwein et La Cellule seront ce week-end, à Lyon, pour Octogone ! Venez nombreux, tester le jeu et participer à l'enregistrement de nos podcasts ! Peut-être à ce week-end pour certains ! Bonne semaine ! Jouez bien ! A très bientôt pour un prochain podcast !

6 commentaires :

  1. Un jeu philosophique, héroïque... extraordinaire !

    RépondreSupprimer
  2. Ca y est, cette fois, je crois que j'ai compris le jeu.
    Et j'ai même compris pourquoi je n'y arrivais pas avant : à cause des différentes versions du jeu qui comptent des différences notables (et quand je ne savais pas à quelle version faisait référence les commentaires que je lisais, je me perdais vite).

    RépondreSupprimer
  3. Merci de votre accueil ! Je me souviens que j'étais assez anxieux, le jeu était sur le point de sortir... Les dernières étapes avant la publication finale sont particulièrement importantes !

    RépondreSupprimer
  4. Après écoute, je suis encore dubitatif. Même si je le suis beaucoup moins que lors de la première présentation du jeu.

    Apparemment, je n'ai pas été le seul à exprimer certains reproches précis vis à vis du jeu vu que justement ils ont été revu dans cette version. Je pense notamment à l'aberration des pré-tirés obligatoires.

    Néanmoins, je retrouve dans certaines choses qui m'ont déplu une volonté de guider le joueur plus que nécessaire. Je pense à cette idée de ne pas humilier l'adversaire lors d'une confrontation. Cela aurait, à mon sens, plus dû être de l'ordre du conseil que de la règle. C'est amusant parce qu'en écoutant ce podcast, une idée de personnage m'était venue. Celle d'une sorte de bouffon qui s'oppose à l'ordre établi par l'humour. Un humour révélateur, grinçant et... humiliant par moment. Si l'interdit de l'humiliation est respecté par la table de Monostatos où serait proposé mon personnage, il deviendrait caduque.

    Cette volonté de maîtriser plus qu'habituellement dans un jdr la teneur de l'expérience ludique des joueurs est totalement déconcertante pour moi. J'ai presqu'envie de dire à l'auteur : propose nous un cadre en terme de règles et d'univers et fout nous la paix ! L'expérience ludique, c'est nous, joueur, qui la vivons c'est à nous d'en définir le contenu.

    Si j'en ai l'occasion je lirais Monostatos, par curiosité, mais je ne suis pas du tout convaincu d'y jouer.

    RépondreSupprimer
  5. Res-salut Serpent-songe,

    "Cette volonté de maîtriser plus qu'habituellement dans un jdr la teneur de l'expérience ludique des joueurs est totalement déconcertante pour moi."
    Et oui, c'est l'avancée majeure du jdr inspiré de The Forge (narration partagée etc.): en étant clair sur l'expérience de jeu et en la soutenant par des règles bien pensées, on la rend aussi beaucoup plus puissante et plus intense, on multiplie le plaisir ludique. Beaucoup des jeux testés par la Cellule sont dans ce cas (Bliss Stage, Breaking the Ice, Lady Blackbird, Zombie Cinéma).
    Cela ne veut pas dire pour autant qu'on diminue la liberté des joueurs, au contraire puisqu'ils sont pleinement maîtres de l'histoire, dans le cadre posé par le jeu. Le meneur est alors un joueur au même niveau que les autres (il doit respecter les règles comme tout le monde), même s'il a d'autres manettes que les joueurs. Tout le monde peut faire pleinement preuve de créativité.

    Toutes les décisions que j'ai prises (la possibilité de créer des personnages, pas d'humiliation, etc.) vont dans le sens de renforcer le plaisir de jeu, ici: jouer l'affrontement entre des héros rebelles et un Culte manipulateur et cynique. Ca ne veut pas dire qu'elles soient bonnes dans l'absolu; dans un autre jeu, elles n'auraient sans doute pas été aussi efficaces.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer