jeudi 4 octobre 2018

Podcast One Shot N°65 : Le Nom de Dieu, de Alessandro Piroddi






(Durée 01 : 14 : 20)
Télécharger le podcast

Le Nom de Dieu est un jeu de rôle dans lequel vous incarnez un Dieu déchu. Votre simulacre ou votre incarnation vit en marge de la société moderne et assiste régulièrement à des trucs subtilement bizarres. Mais, soudain, sous l'impulsion de la psalmodie des joueurs autour de table, celui-ci sort de sa léthargie et... (Oui !)


Avec Flavie, Garrik et Fabien, nous testons l'émergence du divin par la psalmodie (oui !). Sur le papier le jeu a l'air subtilement bizarre... Il l'est (oui) ! Nous comparerons Le Nom de Dieu à Innommable de Christoph Boeckle, le jeu parvenant à produire un contenu fictionnel fantastique sans jamais verser dans l'horreur ni le ridicule. Nous verrons aussi que, comme dans Polaris de Ben Lehman, la ritualisation y joue un rôle crucial (oui !). 

Je suis La Cellule ! Bonne semaine à touououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououououou s et à touuuououououououououououououououououououououououououououououououououououou tes (oui !) Je peux me lâcher. De toutes façons personne ne lit jamais ce texte... (Oui !) Classiss ? (Oui !) Ah ! Je t'ai eu, je savais que c'était toi, démon de merde. (Oui !) Bon t'as fini ? (Ok...)

7 commentaires :

  1. Le jeu est disponible ici: https://www.drivethrurpg.com/product/126682/The-Name-of-God-PDF--All-Languages

    RépondreSupprimer
  2. Moi je lis tous toute l'introduction au podcast ^^

    RépondreSupprimer
  3. Le fait que les dieux commencent dans un lieu marginalisé rappelle aussi la figure de Dionysos dans la tragédie "Les Bacchantes" dans laquelle il est la figure de l'étranger qui revient dans sa ville natale de Thèbes et qui doit réimposer son statut de Dieu à la ville, ce qu'il fait en faisant entrer les habitants de la ville dans une transe Dionysiaque dans les faubourgs de la cité.

    RépondreSupprimer
  4. A l'écoute, c'est un jeu dont la structure est très claire sur sa partie "harmonique" (théorie perso) et "rythmique" (théorie perso) pour les deux raisons suivantes :
    - il est articulé en "phases de jeu",
    - ces phases de jeu sont "exposition - tension - résolution".

    Ma main à couper qu'Alessandro Piroddi, ou l'un de ses testeurs, est inspiré par son étude de la musique.

    Je tique un peu (comme d'habitude) sur les mêmes trucs dans son volet narrativiste et autorité partagée ("peut t'on y rejouer ? en campagne ?", "autorité d'un contre tous = pas bien, autorité de tous contre un = c'est génial").
    Si l'expérience n'est pas, ou mal, reproductible, peut t'on juger des qualités d'un jeu sur une seule partie ?

    RépondreSupprimer
  5. Aha ! Tu pensais que j'étais parti ? Pauvre naïf ! JAMAIS !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Je voulais vous remercier pour la découverte de ce jeu!
    J'écoute, enfin, vos podcasts régulièrement et je me demande s'il serait possible qu'un jour vous rendiez dispo vos sessions de parties. Est-ce que brut c'est vraiment si inaudible?

    Plusieurs de vos retours de parties donnent envie d'en savoir plus, d'en entendre plus:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Lesendar !
      En ce qui me concerne, je pense que ne pas enregistrer nos parties est une bonne chose: au-delà de l'aspect technique un peu lourd (tenir des micros pendant qu'on joue, c'est pas terrible) ça nous permet de nous lâcher et donc de tester le jeu authentiquement, sans craindre de regard extérieur, ce qui amènent des débordements, des private-joke et des délires que je n'aurais pas vraiment envie de montrer !

      Supprimer