jeudi 12 octobre 2017

Podcast JDR : La sécurité émotionnelle en jeu de rôle, avec Maxime Victor






(Durée 02 : 30 : 50)
Télécharger le podcast

Après avoir vécu une expérience traumatique lors d'un jeu de rôle grandeur nature, Maxime Victor s'est beaucoup intéressé à la sécurité émotionnelle dans les jeux de rôle. Même si cette partie n'a pas été la seule cause de son accident, depuis Maxime parcourt les salons et les conventions pour présenter une conférence visant à sensibiliser les joueurs et les auteurs de jeu de rôle à la sécurité émotionnelle...

La conférence de Maxime Victor

Avec Emmanuelle, Fabien, Dorian et Maxime, nous abordons cette semaine l'épineux sujet de la sécurité émotionnelle. Après avoir raconté son expérience personnelle, Maxime nous fournit d'autres exemples et tente de nous convaincre d'user de quelques astuces pour mettre les joueurs en sécurité. Mais, entre ceux qui pensent qu'ils ne sont pas en danger et ceux qui jugent que les moyens de Maxime sont inappropriés, on comprend rapidement les résistances auxquelles Maxime doit s'opposer. En prenant l'exemple de Sens, Maxime illustre son propos et montre en quoi ce jeu de rôle traditionnel est l'archétype même de ce qu'il ne faut pas faire.

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et surtout jouez bien !

***



Retrouvez l'intégralité des conférences des GNiales 2016, dont celle de Maxime Victor, sur le site de référence du jeu de rôle grandeur nature, ElectroGNhttps://www.electro-gn.com/11254-retour-sur-les-gniales-paris-2016

17 commentaires :

  1. Merci et bravo à Maxime d'avoir amené ce sujet difficile et compliqué ! C'est vraiment une position inconfortable et il a le courage de la prendre. Je le soutiens entièrement dans sa démarche, qui me semble essentielle pour faire du jeu de rôle un lieu bienveillant et accueillant. Impossible d'ouvrir le jeu de rôle à de nouveaux publics sans cela !

    RépondreSupprimer
  2. 100% avec Maxime sur la question de la sécurité émotionnelle. C'est peut-être au final à bien y réfléchir la raison pour laquelle je n'ai jamais réussi à maîtriser Sens au final. Car dans ma pratique la règle "on coupe la fiction à tout moment si quelqu'un le demande" est non négociable et est présente dans tous les jeux. Même si cela n'est pas dans les mécanismes de la base. C'est clairement non négociable.

    De manière amusante, le seul scénario que j'ai personnellement trouvé "dangereux" à la lecture de Sens c'est celui du poète. Les autres non, c'est du coup sans doute que j'ai raté quelque chose.

    (Par contre note: y'a vraiment une grosse différence, médicalement parlant, entre trauma et bouleversement. Et même s'il est possible de "guérir" d'un trauma, il n'est jamais enviable de traumatiser volontairement quelqu'un. On peut très bien guérir d'un coup de couteau ou d'une balle, et survivre à ces événements peut devenir une source de force future. Cela n'en rend pas moral le comportement "tirer sur quelqu'un". Je pose ici une comparaison volontairement forte pour faire comprendre l'idée).

    Merci encore pour ce podcast o/

    RépondreSupprimer
  3. Plus je pense au sujet de ce podcast et à ce qui a été dit durant l'enregistrement et plus je le trouve compliqué! Ça me fait aussi réfléchir sur mon propre comportement. Génial! Merci pour ce podcast!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé le podcast et les interventions de Maxime. Cher Maxime saches qu'à ta place j'aurais claqué la tête de Romaric une paire de fois. Avec Emmanuelle, Rom' tient un discours qui, sur le seul sujet de Sens, n'est pas très grave mais qui tient sur le fond d'un rhétorique d'oppression. On a en vrac du victim blaming (si t'es mal à l'aise c'est aussi ta faute), une position d'auteur/artiste prévalant la sécurité des personnes (bravo pour la posture de connard) ou encore le relativisme en expliquant que les techniques de sécurité ne servent à rien (Spoiler la ceinture de sécurité ne sauvent pas les gens dans 100% des cas mais...)
    Emmanuelle tient le discours d'une personne qui aime bien s'infliger des moments pénibles et qui réfute le fait que d'autres peuvent ne pas aimer.
    Fort heureusement Romaric semble conscient de tout ça, c'est déjà ça!

    Sinon concernant la X-Card c'est un bel outil mais dont on ne se sert pas. Sa simple présence permet de poser un contrat social où on explique que des choses dures vont arriver et que quoiqu'il arrive on peut dire stop. C'est un peu pareil pour le safe word dans le Bondage, on accepte la douleur plus facilement. On pourrait trouver ça limité (et on aurait raison) mais c'est toujours mieux qu rien où là les messages de prévention sont absents avec tous les risques que ça implique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, ce podcast m'a permis de voir en quoi certains de mes postulats de départ (et donc mon discours) étaient problématiques :)

      Supprimer
  5. Euh...

    Au niveau de Sens, est ce que cela ne se résume pas tout simplement à une question de contrat social indicible ?

    RépondreSupprimer
  6. Bravo Maxime pour ton courage. Ce n'est pas un sujet facile.

    RépondreSupprimer
  7. Une émission très intéressante. Je pense cependant que, comme Emmanuelle le fait remarquer, on gagnerait à ne pas utiliser le seul mot violence pour des choses qui vont de la simple frustration au traumatisme le plus profond.

    RépondreSupprimer
  8. Bon, après avoir lu les commentaires, je sais que je vais faire tache.

    Je n'ai pas aimé ce podcast. J'ai trouvé la conférence de Maxime vraiment passionnante et je trouve son intervention vraiment importante. Que ça soit au niveau du GN ou du jeux de rôle.
    Cependant, je n'ai pas du tout aimé la posture de Maxime au sein de ce podcast. J'ai eu du mal à l'écouter.

    Maxime prend, peut-être sans le vouloir, une posture radicalement agressive. Il rend toute discussion quasiment impossible.
    Autant son sujet est particulièrement important et il a bien raison d'en parler. Là dessus je ne peu pas le lier. J'ai déjà regretté de ne pas avoir de X-cards lors de partie et j'ai vu des gens partir dans des bleed-in et des bleed-out très fort. Maintenant je suis capable de mettre des mots dessus et réfléchir à des méthodes pour l'empêcher / limiter.

    Malgré tout, ce podcast ressemblait plus à un jugement et un procès d'intention envers tout les autres participant (sauf Dorian, la force du publique). Il dégage vraiment une certaine force négative et agressive. J'ai l'impression, après ce podcast, que en dehors de Sens il n'y a aucun autre JDR dangereux alors que d'autre son bien pire je pense. Certains jeu traditionnel comme INSMV dans une certaine mesure. Ca parait plus être un jugement d'intention sur un jeu est clair sur ses problématiques et ses intentions justement.
    La sécurité des podcaster a-t-elle été respecté ? Ne peut on pas parler de ce sujet sans violence ? Peut-on être agressif lorsqu'on parle de bien être et de respect ?

    Dédicace à Amir, le tueur de MJ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maxime était défendait une position difficile et qui fait débat; il devait faire une critique de Sens et de ma maîtrise de Sens; il parlait d'un sujet qui est douloureux pour lui.

      Dans ces conditions, je ne peux pas lui reprocher d'avoir été tendu, voire incisif.

      Supprimer
    2. Qu'il soit tendu, je veux bien l'entendre. C'est un sujet compliqué et il se met dans une position difficile. Du fait aussi de l'effet "lanceur d'alerte" qui lui incombe, il doit justement savoir comment expliquer son "propos" sans rentré dans l'affectif et le sentimentale.

      Les podcast de la Cellule sont, je pense, des discussions entre amis et non des mise au ban. Si il veut parler de ce sujet compliqué, il doit aussi prendre en compte la sécurité émotionnelle des meneurs de jeux. Se faire dire pendant 2h qu'on est dangereux et irresponsable car on a une façon de maitriser qui n'est pas adapté à tous, ça peut être tout autant dangereux et violent qu'un joueur qui joue.
      Si toi, Fabien, choisi de voir ça comme une gentillesse de ça part, libre à toi. Je ne pense pas que c'est une méthode normal et "agréable" pour un débrif de campagne et comme explication d'une théorie sur la sécurité émotionnelle.

      Supprimer
    3. Ton retour est intéressant parce que je partage ton point de vue sur le côté "procès" qui est fait à Romaric mais je trouve qu'au lieu de se défendre, il s'enfonce dans un discours qui m'a beaucoup plus choqué que les affirmations incisives de Maxime. C'est effectivement dommage mais ce n'est pas étranger aux griefs que peut avoir Maxime à l'égard de Sens.

      Supprimer
  9. Hello,
    Je n'ai pas écouté ce podcast jusqu'au bout pour le moment mais je souhaitais réagir à certains propos, notamment par rapport au GN Agone auquel j'ai participé : Maxime a omis de préciser que dans ce GN, il existait une mécanique dans les règles, qui introduisait des mot-clés au cas ou la situation devenait trop difficile à gérer pour les joueurs. L'idée était de dire "Crescendo" quand l'intensité du jeu était trop faible, "Decrescendo" si la scène ou le jeu était trop intense, et "stop" si ça devenait ingérable. De plus, ce GN avait pour particularité de proposer un orga pour chaque faction de 5 ou 6 personnes, et pendant le bief de début de jeu, je crois me rappeler qu'il avait été précisé qu'on pouvait aller voir un orga à n'importe quel moment. Je n'imagine aucun organisateur envoyer bouler un joueur qui aurait besoin de parler d'une expérience traumatisante, même dans un cas sans safe room.

    Cependant, et c'est un point que Maxime a soulevé, c'est que ce "danger" n'est pas que de la responsabilité des orgas, qui ont en général déjà beaucoup de choses à faire et à gérer, et qui n’ont parfois même pas le temps de gérer ce genre de situation, mais aussi également celle des autres joueurs qui entourent la personne en difficulté. Et même dans un contexte ou tout le monde joue tout le temps, il n'est pas rare de faire des appartés HRP pour sortir du jeu de temps en temps et pendant lesquels on debrief un peu.

    Je fais partie des chefs d'une faction assez militariste à Kandorya, et avant chaque début de GN, nous rappelons à tout le monde que ce n'est qu'un jeu, qu'on est tous la pour s'amuser, que si la moindre personne a le moindre problème, ou que si l'ambiance militariste du camp ne va pas, ou que si le jeu proposé ne convient pas, bref si quoi que ce soit peu poser problème, alors il faut venir en parler. Nous sommes tous la pour nous amuser, et le jeu ne doit devenir une contrainte pour personne.

    De plus, je pense que si certaines personnes sont particulièrement sensibles, c'est aussi de leur responsabilité de ne pas s'exposer à certaines situations. Je prends un autre exemple tiré de mon expérience du GN : un chef de faction ennemi était joué par un joueur particulièrement sensible et timide. Du coup, lors de négociations de reditions un peu difficiles, un orga est intervenu pour nous dire de ne pas être trop agressifs et méchants avec lui. Bah résultat des courses ça a faussé toute la négociation, et qu'au final, pour préserver cette personne qui s'est mise dans une situation qu'elle ne pouvait pas gérer, le jeu de tous les autres interlocuteurs (qui étaient des négociateurs chevronnés) a été gâché, ce qui a même eu des répercutions sur toutes les factions puisque derrière, les conséquences de cette reddition n'ont pas eu les impacts qu'ils auraient du avoir.

    Tout le monde n'est pas fait pour jouer tout. Si IRL t'es nul physiquement, tu ne pourras pas jouer un grand guerrier dans un GN. Tu ne vas pas demander à la personne d'en face de faire exprès de te rater quand il va te frapper parce que tu es censé être plus agile que tu ne l'es en vrai.

    Bref, je pense qu'il y a effectivement des choses à faire et à mettre en place pour éviter ces situations au maximum, et préserver l'intégrité physique et mentale des joueurs, notamment le "ok checking" qui est simple et rapide à mettre en place, ou un brief plus poussé sur les choses à faire ou les personnes à voir en cas de problème. Cependant je pense aussi que c'est à chacun de connaitre ses limites pour trouver sa place avec les autres, sans forcément obliger tout le monde à être obligé de s'adapter à tes spécificités ou à ta sensibilité. Peut-être que c'est aussi au joueur qui a peur de se retrouver en difficulté d'aller voir un orga et de demander à qui parler, ou ce qui est mis en place s'il se retrouve dans cette situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors écoute le podcast jusqu'au bout, ils répondent à tout ça.

      Supprimer
    2. La conférence de Maxime en lien répond aussi à tout ça. Y compris sur le fait de connaitre ses limites. Sans tomber dans le "c'est peut-être au joueur de..."

      Supprimer
  10. Merci pour avoir posé clairement la problématique que je n'ai jamais eu l'habitude de poser - à tort car elle paraît essentielle: quelle est la priorité : la sécurité des participants ou jouer ?
    Poser cette question est très pertinente, même si elle est difficile dans un contexte où, par exemple, on se voit peu et donc on se sent obligés de...
    C'est un ensemble de réflexions très fertiles. Merci.

    RépondreSupprimer
  11. Matt le Multicolore27 octobre 2017 à 01:54

    Bravo à Maxime pour son courage !

    Un podcast tendu, pour un sujet passionnant et pour lequel nous avons malheureusement que peu d'articles et de supports en français.

    Pour approfondir le sujet, un ensemble de ressources, définitions et outils : lien

    RépondreSupprimer