jeudi 21 septembre 2017

Podcast One Shot n°57 : Démiurges, avec Frédéric Sintès






(Durée 02: 30 : 04)
Télécharger le podcast

Dans Démiurges, les joueurs incarnent des personnages dotés de divers pouvoirs magiques : les démiurges. L'arithmancie, la psychomètrie et l'alchimie permettent aux démiurges d'accomplir des exploits et de changer le monde. Néanmoins, ces pouvoirs incommensurables sont loin d'être gratuits. Pour chacun d'entre eux, il y a un prix à payer...


Avec Darky, Fabien et Frédéric Sintès, nous avons eu la chance de tester Démiruges quatre ans avant sa publication officielle. Dans ce canevas (puisqu'on ne parle pas de scénario), derrière les enjeux quotidiens de nos personnages, nous avons découvert des tensions engendrées par l'obtention de nos pouvoirs et des dilemmes moraux insurmontables. Ai-je le droit de me faire aimer grâce à mes dons ? Est-ce parce que j'ai de grands pouvoirs que j'obtiens de grandes responsabilités ? Le destin des humains doit-il interférer avec celui des démiurges ? Nous verrons !

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et, surtout, jouez bien !

5 commentaires :

  1. Très chouette podcast!

    J'ai beaucoup aimé l'articulation entre fiction et explications, c'était particulièrement réussi.

    Je me réjouis d'entendre Romaric sur le futur podcast sur la sécurité émotionnelle, sachant que beaucoup d'eau a coulé sous le pont depuis cette partie.

    RépondreSupprimer
  2. Pour répondre à Fabien - avec quatre ans de décalage - ce n'est vraiment pas aisé de comprendre le déroulement de la fiction, même de manière parcellaire, avec ce niveau de digression. Ces débats ne sont certes pas inintéressants, comme l'indique Christoph, mais c'est peine perdue pour la poditrice de la comprendre. Hormis quelques cas dans les années passées (par exemple, la fiction de DD4), c'est un constat général. Il y a au moins deux niveaux de discours qui viennent faire dérailler cette présentation claire et succincte de la fiction qui nous permettrait de nous y retrouver. Premièrement, il y a la critique, l'analyse du jeu lui-même (son propos, son auteur, ses mécaniques, sa dynamique, etc.). En second lieu, c'est l'envie, tout à fait légitime, de continuer à plaider pour son personnage, non plus en jeu, mais hors-jeu, pour motiver de son interprétation et de la compréhension qu'il y a eu des autres interprétations. Autant dire que pendant les deux premières heures, la compréhension de la fiction est très parcellaire. Au bout de deux heures, comme les autres sujets ont été abordés, il y a - enfin ? - une présentation succincte et claire de la fiction. Faute de combattant...
    En tous cas, merci pour ce podcast, à la longueur exceptionnelle. Chapeau bas notamment à l'intervention sur la perception du jugement des autres, et de l'impact que cela a sur chaque joueuse. C'était une formulation explicite sur laquelle je cherchais une bonne manière de l'exprimer. Félicitations pour avoir gardé par devers vous pendant si longtemps ce podcast ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Je pense qu'on se distancie plus facilement vis à vis de son personnage dans Dogs in the Vineyard à partir du moment où l'on est pas pratiquant d'une religion monothéiste, car ceci fait qu'on a nécessairement moins d'affect vis à vis de la position adoptée par le personnage dans la partie.

    Quand on se met à jouer ses propres valeurs dans un jeu qui vise à mener au clash et potentiellement à leur remise en question par les autres joueurs, c'est certain que ça peux vite devenir difficile émotionnellement vu qu'on y met beaucoup d'affect.

    Je met ce podcast en parallèle avec celui de Miles Christi, où Romaric avait apparemment pris beaucoup de plaisir du fait du mécanisme entraînant les joueurs à se juger entre eux (via la scène du conclave etc...). Là encore, peut être que pour quelqu'un dont les convictions intimes rejoignent celles du personnage, une telle mécanique pourrait inversement s'avérer très désagréable.

    RépondreSupprimer
  4. Pas très clair : ni le système, ni sa critique.
    Pas inintéressant (la preuve, j'ai hurlé plusieurs fois), simplement pas très clair.

    C'est très drôle d'ailleurs d'avoir paru Ô Silencieuses Ruines juste avant celui-là.

    RépondreSupprimer
  5. bonjour a tous, j'ai peut être manqué le passage correspondant : LG mentionne un système de dé d'usure: un jeu avec ce système a t il été mentionné?
    ps : je redécouvre un peu le jdr, merci pour ces podcasts et jeux quasi gratuits (osr, prosopopee, dragon de poche...)

    RépondreSupprimer