jeudi 13 avril 2017

Podcast JDR : Compensation et Geste Rôliste, avec Julien Pouard






(Durée 01 : 36 : 24)
Télécharger le podcast

Dans cet article, Julien Pouard développe le concept de Geste rôliste. S'inspirant du fameux geste de l'artisan, l'animateur des Voix d'Altaride veut montrer que le joueur de jeu de rôle fait lui aussi preuve d'un certain savoir faire, d'une pratique qu'il a apprise grâce à des jeux, des lectures ou d'autres joueurs. Julien définit lui-même le geste comme une succession de mouvements raisonnés effectués presque sans y penser pour mener à bien une tâche précise. Or, au cours d'une partie de jeu de rôle, nous avons tous constamment recours à de tels gestes.

Les potiers, comme les rôlistes, sculptent ensemble un contenu malléable

Avec Mathieu Minne, Jérôme S et Julien Pouard, nous constatons la fertilité du concept de Geste rôliste. Il nous permet d'identifier des façons de faire et de jouer qui étaient inconscientes et qui, grâce à ce concept, trouvent un autre moyen de se révéler. Du Blog d'Eugénie, Je ne suis pas MJ mais..., au podcast d'Altaride, en passant par celui de La Cellule, nous voyons que nos discussions tournent finalement autour de la transmissions de nos propres gestes rôlistes. Et, en toile de fond de ce débat, un enjeux majeur se cache. Car derrière la transmission du geste rôliste, c'est la transmission du jeu de rôle lui-même qui est en question...

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et, surtout, jouez bien !

9 commentaires :

  1. Bon, sur la compensation faudra revenir, mais c'est un podcast très enrichissant. ;)

    RépondreSupprimer
  2. N'hésites pas à y revenir, je n'ai fait que citer ce que j'ai lu, compris et intégré. Forcément ton interprétation du concept n'est pas nécessaire.

    RépondreSupprimer
  3. edit : pas nécessairement la même (désolé j'ai été interrompu et j'ai appuyé trop vite sur publier)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis en train d'écrire un article sur le sujet. C'est, je pense, le meilleur moyen d'être clair et d'aller au fond des choses. :)

    RépondreSupprimer
  5. Parfait ! Je le lirais avec plaisir.

    RépondreSupprimer
  6. Pour moi la limite de l'analogie avec l'instrument de musique, c'est que : oui on peut inventer un nouvel instrument sans fournir de partition avec ... mais dans la pratique si des instruments se sont répandus, c'est avant tout car ils ont été utilisés derrière par des musiciens ou des compositeurs ; avec un jeu de rôle on pourrait dire qu'il faut derrière des scénarios, ou au moins des "gestes" qui vont avec ...?

    Et pour la transmission : oui écrire des jeux est beaucoup plus efficace pour transmettre des pratiques nouvelles à un grand nombre de joueurs, car la plupart des pratiquants veulent avant tout jouer à un jeu ! On n'a pas besoin de se rendre compte explicitement que la pratique change de l'ordinaire ou à un aspect novateur.

    RépondreSupprimer
  7. Salut !

    Merci pour ce podcast, il m'a permit de bien comprendre le concept !

    Personnellement je réfléchis en terme d'éthnométhodes, dont le concept de geste rôliste est très proche selon moi. Une définition : "Les ethnométhodes sont les processus que les membres d'un groupe utilisent pour mener à bien leurs actions pratiques. Les actions pratiques sont les activités quotidiennes et banales que chacun assure sans y prêter une attention particulière."

    Un exemple classique en ethnométhodologie (le champ d'étude des ethnométhodes) est celui de la recette de cuisine. L'étude des ethnométhodes se situe alors dans la différence entre :
    - ce qui est écrit sur une recette
    - ce qui est réalisé en pratique

    La discipline est doté de concepts très féconds (Accountability, Réflexivité, Indexicalité... jargonazi s'abstenir) et de moyens pour étudier les ethnométhodes. Si ça intéresse des gens, la page Wikipédia est pas mal, sinon pour les plus hardcore il y a ça : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00848731/document

    RépondreSupprimer
  8. à Sylvestre : pour l'instrument de musique, en fait plutôt qu'être une limite de l'analogie que j'employais c'est justement un prolongement. On peut s'extasier de la beauté et de la facture d'un instrument, et de la virtuosité de celui qui en joue, et du génie du compositeur, et du talent de ceux qui adaptent une partition d'un instrument à l'autre. Mais bon à filer la métaphore on s'y perd.

    En revanche je suis très sensible à ton argument concernant le désir du joueur de jouer avant tout à un jeu pour apprendre. Effectivement si on veut jouer à un jeu on a tendance à plus facilement s'investir pour en apprendre le fonctionnement. Alors peut être qu'un bon jeu aurait tendance à transmettre plus facilement son contenu. Ce que je défend ce n'est pas une méthode ou un autre mais la variété des méthodes comme autant de points d'accès. Je ne crois pas que nous sommes dans un jeu à somme nulle ici. Ce n'est pas intégrer des pratiques dans un jeu ou les intégrer dans une tradition orale. C'est bel et bien les deux. Je ne cherche pas la meilleure méthode, mais à en promouvoir la multiplicité.

    à Valentin : effectivement ces ethnométhodes sont parfaitement intéressantes, mais j'ai le malheur d'être scientifique, et je vais probablement un pas plus loin. Je ne me limite pas à des actions pratiques quotidiennes et banales que chacun assure sans y prêter une attention particulière, mais plutôt justement à celle auxquelles on prête une attention accrue en comprenant leurs applications, ce qui permet de s'y adapter. C'est un mélange d'expérience (qui renverrai à l'ethnométhode), et d'adaptation raisonnée à la situation si j'ose dire. J'irai jeter un oeil à tout ça quand j'aurai le temps de le faire.

    On m'a aussi signalé cet ouvrage : Philosphie du geste de Michel Guérin, que j'ai évidemment pas lu pour le moment.

    Bref toute contribution, réutilisation, détournement du concept est appréciable et encouragée.

    RépondreSupprimer
  9. Un petit coucou pour saluer ce podcast fort intéressant.

    RépondreSupprimer