jeudi 7 mai 2015

Podcast One Shot n°37 : Miles Christi






(Durée 02 : 46 : 42)
Télécharger le podcast

Il y a 20 ans, en 1995, Sans Peur et Sans Reproche éditait Miles Christi. Ce jeu de rôle étrange invite les joueurs à se plonger dans l'époque des croisades, en y interprétant des templiers. La base (2/3 d'Histoire pour 1/3 de règles) est un véritable travail historique sur le sujet, mais les règles de ce jeu invite surtout les joueurs à résoudre des dilemmes moraux issus de la double condition du templier. Comment être à la fois moine ("tu ne tueras pas") et chevalier ("à l'attaaaaque !") sans devenir fou ?


Avec Globo, Jeff et Emmanuelle, nous testons Miles Christi, en croyant tester un jeu d'Histoire très classiques. Le livre présente des éléments de couleur. Les joueurs sont invités à jouer leurs templiers en respectant les canons historiques. On crée notre personnage à l'aide d'une fiche de perso un peu bizarre. Le scénario est classique. On se fait un peu chier... Et puis, tout à coup, alors qu'on ne s'y attend pas, les règles du jeu se mettent en place et produisent un miracle !

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et surtout jouez bien !

22 commentaires :

  1. Nous sommes en 1995 et ce jeu fait littéralement voyager dans le temps ! C'est incroyable, certainement l'une de mes plus grosses claques depuis Polaris et Dogs in the Vineyard.

    RépondreSupprimer
  2. Pour ceux qui aiment le moyen âge, les croisés tout ça tout ça, un lien ici http://9gag.com/gag/a6y4pr9 avec pas mal d'infos, en anglais (désolé) mais bien sympa !

    RépondreSupprimer
  3. Miles Christi est le premier jeu de SPSR. Kadesh était un petit one shot med fan avec des Pjs prétirés, une campagne en 3 actes, et un écran inclus/ Il était censé être le premier volume d'une série pour jouer facilement sans se prendre la tête avec des annuaires. Atlantys a plombé la tréso de SPSR à l'époque car le jeu n'a pas marché.

    SPSR a surtout marqué son temps avec les soirées enquêtes qui ont permis à plein de joueurs de s'essayer au murder party avec des bons scénarios facile à mettre en oeuvre (il y en a eu 5 ou 6 dont Dieu est mort, les salauds se cachent pour mourir, OVNI soit qui mal y pense etc....)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Romaric et Bonjour Jeff
    Je suis le "Fanatique, Religieux et Intolérant"
    Et j'en rie encore...
    Tony

    RépondreSupprimer
  5. Une rapide précision à propos du côté historique de ce jeu... en fait ce n'est pas un jeu historique et c'est dit dans le bouquin de base. C'est un jeu qui fixe le monde en fonction de la croyance des gens de l'époque. Donc oui, il y a des prodiges, oui il y a des dragons et des amazones, parce que les gens croyaient à ça à l'époque et cela prend donc forcément corps. La base historique est essentiellement faite pour le MJ afin de partir d'une assise commune (et pour développer les intrigues dessus).

    RépondreSupprimer
  6. https://www.youtube.com/watch?v=1LMEvmVplxY

    RépondreSupprimer
  7. Après une longue recherche aussi longue qu'infructueuse, je lance un appel.
    Si quelqu'un connait un site ou télécharger les règles, il ferait au minimum un heureux,
    J'en ai trouvé un ou deux (sites ) mais ils n'ont pas l'air très safe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça doit pouvoir s'arranger, surtout si c'est pour la bonne cause : http://tinyurl.com/orz2csv

      Supprimer
    2. Schultz (Jérôme S.)17 mai 2015 à 11:45

      Thank you so much, Matt Leblanc. I trully think you were the best actor to play Joey's role in Friends, you were my favorite !
      In addition to that, it seems now that you play french tabletop RPG from the 90's ! Amazing !
      Keep up the good job, Matt. Thanks.

      Supprimer
  8. Merci beaucoup Matt ! :)

    RépondreSupprimer
  9. quel bonheur si le jeu était disponible à la vente ,
    la fiche de perso est d'une clarté étonnate, comme une diochotomie entre l'âme et le corps, le profane et le sacré, avec une lutte entre ces deux pôles pour le perso pour "vivre" au sein de cet univers.
    Ce tiraillement est la clé du role-play et n'est-ce pas notre lutte perso quotidienne entre nos idéaux et nos impératifs biologique ?

    christ champalaune

    RépondreSupprimer
  10. Ce qui serait bien ce serait de rendre légale et officielle la diffusion des dits ouvrages en versions numériques, à l'identique de ce qui c'est produit pour les excellentes soirées enquêtes publiées par SPSR ( ex: http://spsr.murderparty.be/ )

    Donc si vous êtes motivés, le plus simple serait sans doute de prendre contact avec ceux qui détenaient les droits d'auteur de l'oeuvre pour avoir leur accord ou non de diffusion en ligne

    RépondreSupprimer
  11. Encore un podcast bien sympa, merci !
    ça m'aura permis de ressortir MIles Christi de mon placard. Acheté à l'époque.. et jamais joué car effectivement son propos n'était pas clair.. Ce n'était pas son avant-gardisme qui nous aurait gêné.. si on y avait vu quelquechose à jouer. Il faut dire aussi que le scénario dans le livre de base ne donne pas trop envie. Mais comme le dit Romaric, l'histoire n'est - au final - pas importante. Je vais peut être le proposer à mes joueurs ...
    Bons jeux à vous tous
    --
    Ronan

    RépondreSupprimer
  12. Merci Matt pour le partage du lien.
    J'ai trouvé entre temps le livre de base mais les règles font faire des heureux parmi mes contacts.

    Pour info, voici la fiche de PJ sur le site de la Cour d'Oberon : http://couroberon.free.fr/fiches/miles.pdf

    Si quelqu'un ( master Jeff s'il se ballade sur le site... ) pourrait me dire ou peut-on trouver les règles qui récompense le joueur qui agit ? ( et qui si elles n'existaient pas rendraient le jeu dysfonctionnel comme le dit Romaric)

    RépondreSupprimer
  13. je ne comprend pas comment acceder à ce site : tinyurl.com/orz2csv

    si quelqu'un peut m'aider ou m'envoyer le fichier sur ma boite mail :
    cchampalaune@gmail.com

    ludiquement à vous les rolistes

    christophe champalaune

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, j'y suis allé, j'ai fermé leur demande ou non d'enregistrement sans évidemment le faire et il n'y a eu aucun problème

      Supprimer
  14. Merci beaucoup!
    J'ai été fan de ce jeu et n'ai jamais eu l'occasion d'y jouer ou de le maitriser. J'ai quand même l'intégrale, y compris Assassin.
    Si seulement je pouvais le faire :'(
    Je confirme aussi quand au fait que le jeu est dans l'esprit de l'époque et par conséquent que ce que l'on y voit est avant tout comment ceux d'alors percevaient et imaginaient les choses.
    En tout cas très très bon jeu et très différent de beaucoup d'autres à l'époque.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai réussi à obtenir l'intégralité de la gamme,

    Après avoir étudié le jeu,
    je confirme les dires des chevaliers de la cellule,
    c'est un jeu superbe, tant au niveau de la forme que du fond.
    Il n'y a pas effectivement besoin d'être un HISTORIEN pour y jouer,
    le MJ peut amener le côté historique aux joueurs au fur et à mesure de la partie, seul la création du perso est longue mais superbement interessante, je confirme également que la base donne des directions quand aux humeurs et l'histoire des PJ, la base indique clairement que le joueur construit son perso sur le fond de ce qui est narré dans les archétypes , donc rien de rigide.
    Le jeu avec les cartes est incroyable, je n'avais jamais fait de JDR sans les dés et je découvre un univers sur la façon de jouer...
    Quand à l'enthousiasme de Romaric, je le partage, un seul bémol .. les auteurs n'ont pas inventés la dichotomie entre le profane et le sacré , il existait à l'époque et à fait l'objet d'un concile pour donner une base religieuse aux Templiers , et ça au 12èm siècle !!! à l'époque il comprenait des aspects que l'on a oublié aujourd'hui !!!
    Ce qui est vrai , c'est que les auteurs ont su avec grand talent, retranscrire cette dichotomie dans la fiche de perso,

    ensuite c'est au MJ de gérer les conflits entre le profane et le sacré et ça , c'est clairement indiqué dans la base,

    merci ç la cellule d'élever mon niveau de Roliste , sincèrement ...

    je masteriserai bientôt Miles sur Grenoble et ceux qui veulent faire partie de ma table qu'ils me contactent sur la ROSE DES VENTS,

    CHAMPALAUNE dit Chris roll the die

    RépondreSupprimer
  16. "Je vois le meilleur et pourtant je fais le pire" ce n'est pas Ovide plutôt qu'Aristote Romaric? Super podcast, j'ai réussi à choper le jeu!!!! Merci de me l'avoir fait découvrir.

    RépondreSupprimer
  17. Super podcast.

    Ca donne très envie de jouer, même si j'ai l'impression que le livre de base est introuvable de nos jours.

    Je ne suis par contre pas vraiment d'accord avec toi Romaric sur le principe de dichotomie entre simulationnisme et narrativisme que tu poses autour de 1:25. Dire que grosso modo dans un contexte historique de croisade, "choix moral impitoyable => simulationnisme" et "choix moral humain => narrativisme" me paraît un peu trop extrême. N'existait-il pas de templiers moins rigoristes que d'autres ? Moins prêts à couper des mains et trancher des têtes ? Des soldats qui avaient côtoyé voire compatissaient avec des "êtres inférieurs" impies ? La pitié et la charité n'étaient-elles pas des vertus chrétiennes importantes ?

    Je pense qu'il peut tout à fait y avoir une forme de démarche simulationniste volontairement teintée notre vision "humaniste" du XXIème siècle, même pour un jeu qui se déroule au Moyen-Âge. On va y jouer un des très rares croisés de l'époque qui sortent du lot en termes d'ouverture à la civilisation d'en face, de recul par rapport au système, de remise en question de l'autorité, d'indépendance d'esprit. Après tout, on fait ça en permanence dans beaucoup de jeux de rôles où les PJs sont une petite élite éclairée sur tel ou tel thème par opposition à la masse ignorante, des héros aux talents hors pair seuls armés pour affronter une puissante menace, des élus de telle ou telle divinité, etc. Sortir du lot ne veut pas dire nier le lot et donc être anti-simulationniste, bien au contraire.

    A l'inverse, rien n'empêche une démarche narrativiste de s'épanouir dans un contexte fortement dirigé par les canons moraux et religieux d'une prédiode. Il suffit de vouloir incarner des personnages "enfants de leur époque" pour employer un poncif journalistique douteux. Par ailleurs, comme un des autres intervenants du podcast semblait le dire, il ne me semble pas que le jeu narrativiste empêche toute distinction entre le joueur et son personnage. Si on était condamné à projeter fidèlement toutes nos convictions personnelles dans nos PJs, ça deviendrait vite lassant.

    Pour résumer, je pense que la question de se confronter à la norme et aux croyances d'une époque constitue une opportunité de jeu passionnante qui peut satisfaire à la fois le simulationnisme en ce qu'il légitime, formalise et renforce la cohérence du monde environnant et le narrativisme parce que c'est un dilemme moral par rapport auquel le personnage va pouvoir se construire, s'affirmer, agir, changer et au final apporter à l'histoire.

    RépondreSupprimer