jeudi 5 septembre 2019

Podcast JDR en Campagne N°17 : Bliss Stage, de P.H. Lee


(Durée 02 : 08 : 32)
Télécharger le podcast

Quoi de mieux pour débuter cette onzième saison que la campagne d'un jeu qui fit le douzième One Shot de La Cellule, j'ai nommé, le grand, le puissant : Bliss Stage ! Retour sur Bliss Stage, le jeu de rôle inachevé de P.H. Lee, dans lequel vous incarnez le pilote d'un mécha qui va mourir ou finir au Bliss...

Couverture du jeu traduit par la regrettée Boite à Heuhh

Fabien, Natacha, Antoine et Valentin achèvent leur campagne de Bliss Stage et nous racontent leur histoire. Quel est le propos d'une campagne de Bliss Stage ? Comment ses mécaniques et ses thématiques obligent les joueurs et les joueuses à sans cesse se poser des questions existentielles ? Après avoir franchi quelques obstacles, comme le fait que le jeu soit incomplet, que certaines scènes ne puissent être jouées qu'à deux, ou que le maître du jeu puisse être mis en difficulté, nos jeunes pilotes réalisent que Bliss Stage est difficile à débriefer, car l'expérience qu'il propose est aussi inoubliable qu'ineffable...

Très heureux de vous retrouver pour cette onzième saison. Bonne semaine à tous et à toutes ! Portez-vous bien et, surtout, jouez bien !

3 commentaires :

  1. Je fais partie des gens qui affirment que les jdr Forgiens sont moins bons en campagne que les jdr classiques. Si vous l'avez entendu "un peu partout", j'en ai parlé sur FB, Tric Trac, Casus No il y un ou deux ans, ici même et peut être rapidement sur Opale ainsi qu'assez souvent dans la vie de tout les jours :)

    Par contre, j'attends d'avoir une écoute complète du podcast pour juger si ce jeu est pleinement caractéristique des jeux Forgiens ou non, car ce marqueur précis (l'adaptation à la campagne) est pour moi LE marqueur défavorable aux jeux Forgiens.

    Pour moi, il n'est pas possible de partager le rôle le plus important du MJ, la maitrise du futur, avec les PJ tout en lui laissant la responsabilité d'écriture de l'intrigue.

    Si une intrigue peut être partagée, alors les enjeux sur le long terme ne peuvent plus être "forshadowé" et le style se transforme en picaresque ou en deus-ex à tout va.

    Je tiens à faire observer qu'une suite de scénario de type aventure picaresque n'est pas ce que j'entends par campagne générique de jdr. C'est un cas particulier, on est dans la série des années 80 quand ce que j'entends par campagne est plus proche de l'écriture des séries contemporaines.

    A plus après le podcast,
    Le bavard :)

    RépondreSupprimer
  2. (d'ailleurs, ce phénomène de difficulté au foreshadowing des jeux Forgiens s'observe aussi dans la difficulté qu'ont les jeux Forgiens à mettre en place des jeux d'enquête convainquant.
    Ceci n'est pas surprenant pour moi car le jeu classique s'inscrit dans l'intention rationnelle "écrite" et le jeu Forgien dans l'intention sensible "temps réel".

    Pourquoi attribuer des qualités à un jeu qui n'est pas fait pour transmettre de l'écrit mais de l'improvisé ? Cela me semble un poil fallacieux et modifierait en profondeur le graphique en ronds de Fabien.).

    Bref, à tutti frutti.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce super podcast de reprise ! (et vive la rentrée de La Cellule ! ^^)

    Dans ce que vous avez dit de Bliss Stage, j'y ai vu quelques points communs avec Monsterhearts que je viens de découvrir :
    - développement de liens et d'éléments d'histoire deux par deux (deux PJs entre eux) => peut-être est-ce en effet typique des jeux 'narrativistes' ?
    En tout cas, cela me semble entraîner les parties vers une construction narrative faite grâce à plein de petites histoires à deux PJs, plutôt qu'avec une seule histoire commune à un groupe de PJs (je caricature un peu - bcp)
    - PNJs considérés comme "des voitures volées" et qui sont donc surtout là pour mettre en valeur les PJs
    - jeu en campagne me semble bien approprié à ces deux jdr. Cependant, le suivi d'une intrigue déjà écrite (s'il y en a) ne sera sans-doute pas le seul élément ou le principal élément des séances. Cela me paraît quand même possible (qu'il y ait une intrigue sous-jacente) mais cela d'une façon périphérique ou annexe à l'histoire créée en commun.
    (J'avais vu passer une chouette discussion sur la conception de scénarios sur la Cour d'Obéron : http://couroberon.com/Salon/index.php?PHPSESSID=7f31e8e208c8550ff7f0356f02df4ff0&topic=3893.105)


    Enfin, suis super intéressé par un podcast sur les débriefs !

    Bonne suite ! :)

    Fred G.

    RépondreSupprimer