jeudi 4 septembre 2014

Podcast JDR : Discussions autour de mes réponses pour Coralie David (partie 1)






(Durée 02 : 27 : 30)

Coralie David est étudiante en littérature. Elle a entrepris de rédiger une thèse sur la fiction au sein des jeux de rôle. Afin de travailler sa thèse, elle a rédigé une série de questions qu'elle a envoyée à une très grande partie des acteurs du milieu rôliste. Il y a 2 mois, j'ai répondu à ce questionnaire provoquant l'ire de toute une partie de la communauté rôliste.


Cette semaine, c'est au tour des membres de La Cellule de se mettre en colère contre mon entretien pour Coralie David. Dans cette première partie du podcast, avec Cédric (en véritable procureur), Natacha, Adrien, Emmanuelle, Shado, Yoseï, Le Guy et Jérôme S, nous suivons un plan, plus ou moins linéaire, afin de discuter des positions que je prends tout au long de mon entretien. Le libéralisme ; l'anarchie ; ma conception de la partie comme une œuvre non-standardisée ; mes réserves à l'égard des rapports de partie ; mon obsession du propos ; autant de thèmes qui seront abordés en détail dans ce podcast.

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et surtout jouez bien !

16 commentaires :

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très heureux de vous retrouver pour cette nouvelle saison de La Cellule.

    Vous l'aurez compris, La Cellule unleashed c'est seulement le fait de faire ce que l'on veut, au niveau de la grille, au niveau des sujets, au niveau du ton. Le jeu de rôle reste évidemment central.

    Quant à ce podcast en deux parties, il est l'occasion, pour moi, d'apporter certains éclaircissements, certaines modérations à mon entretien... ou pas.

    Merci à tous ! Merci de votre fidélité !

    PS: La deuxième partie du podcast a déjà été enregistrée. ;)

    RépondreSupprimer
  3. A propos des 20 première minutes

    "C’est à l’heure du commencement qu’il faut tout particulièrement veiller à ce que les équilibres soient précis."
    Princesse Irulan !

    Donc nécessaire !

    Oui c'est libertaire ou politiquement libéral ! Ne pas confondre avec économiquement libéral qui est le renard qui garde le poulailler !

    RépondreSupprimer
  4. Je remarque que vous parlez de culture, d'économie et de politique.
    Néanmoins a bien des égards on peut considérer plusieurs réponse vis a vis de la religion et de manière plus général de la foi. Je ne veux pas prêcher la Bible, le Thalmud ou que sais je encore. Mais justement dans une notion de croyance et de vision, alors que notre monde à été et est confis par des visions et des volontés impérialiste et religieuse, le dictateur, si il se proclame de droit divin a t'il réellement prise sur les événements. Après tout il pense agir au "nom de" et donc se dédouane de toute responsabilité.

    Dans un second temps, je pense au sens que vous évoquez, notamment les 5 sens. Peut on étendre le champs des sens à des sens comme l'intuition (qui est la combinaison de nos sens + notre mémoire+notre réflexion inconsciente)voir même sur des sens plus occulte comme le magnétisme. Ces sens nous offre d'autres perspectives du réel tout en effaçant pas ce qui existe déjà.

    Voilà quelques pistes qui me viennent au milieu de ce podcast.

    RépondreSupprimer
  5. La cellule unleashed avait pas pour but d'éviter les querelles de clocher dans le landerneau?^^


    Concernant le shitstorm, je me contenterais personnellement de la phrase fétiche d'un certain McNulty:

    "What the fuck did I do?"

    Je plussoie Cédric: Merde!

    RépondreSupprimer
  6. Cellule unleashed, commentaires unleashed...

    La question de savoir si il faut présenter ou pas les intentions de l'auteur de façon explicite dans l'oeuvre me rappelle une scène du film "La vie d'Adèle", où le personnage principal et un autre discutent de l'intérêt des commentaires de leur prof de français sur les oeuvres étudiées en classe.

    En fait, présenter expliciter clairement le propos et le sens d'une oeuvre c'est "brimer" le lecteur et sa capacité à trouver autre chose dans le texte que ce que pensait y mettre l'auteur.

    Mais il est arrivé à tout le monde de lire/regarder des œuvres qui nous paraissent tellement étranges/étrangères (dans la vie d'adèle le gars explique qu'il ne comprend pas le langage du XVIIIeme siècle des liaisons dangereuses par exemple) qu'on a eu besoin d'une aide extérieure pour les aborder.

    RépondreSupprimer
  7. Je pense vraiment que l'intérêt de la note d'intention de Monostatos (note d'intention à l'origine du débat) est inscrite dans le but d'empêcher certains de rôlistes (ceux qui ont l'habitude de changer les systèmes des jeux auxquels ils jouent) de pervertir le jeu par leur propre pratique. C'est une façon de dire que le système est important.

    Encore une fois, la note d'intention de Monostatos serait inutile dans un monde où les rôlistes auraient compris qu'il faut jouer au jeux tels qu'ils sont écrits. Je suis vraiment convaincu de ça. ^^

    RépondreSupprimer
  8. Sur la science je crois foncièrement que tu ne côtoies pas assez de scientifiques.

    N'importe quel scientifique qui a pratiqué (et pas un pauvre thésard qui commence à peine ses recherches) sait qu'il ne peut proposé rien d'autres que des théories, des modèles qui aident à comprendre le monde qui nous entoure.
    La notion de réalité est systématiquement mis en cause car les modèles existant et proposés sont bousculés sans cesse. Difficile dans ces cas là de rester péremptoire.

    Tu confonds avec le scientisme qui pose la science comme religion/philosophie. Les vrais scientifiques qui "pratiquent" ne peuvent pas y adhérer une seconde.

    RépondreSupprimer
  9. Moi je crois que tu ne fréquentes pas assez les gens. Je ne parle pas des scientifiques quand j'évoque la science ici - les scientifiques, les plus scientifiques et philosophes, étant éclairés justement - mais bien de la vision de la Science comme matière qui a réponse à tout.

    Le fameux "c'est prouvé c'est scientifique", "ce n'est pas moi qui le dit, c'est la Science qui le dit" et ne me fais pas croire que ce n'est pas la vision que les gens en ont, massivement.

    Encore une fois, c'est au petit chimiste au service de l'industrie que je parle, le petit scientifique de la télé, et non à Alain Cirou, Einstein, Copernic, Emmeth Brown ou Hawking. Les gens qui font de la recherche sont des chercheurs par définition (Sollipsis) mais ce n'est pas cette vision éclairé que les gens ont de la science. Les gens voit la science comme un corpus théorique arrêté et indubitable (Myphos).

    Je pense que nous sommes d'accords. Je reconnais que je me suis très mal exprimé dans l'article ^^

    RépondreSupprimer
  10. Globo (Xavier de Canteloube)4 septembre 2014 à 21:55

    La cellule est formidable mais … on ne peut pas plaire à tout le monde.

    Oui, on y trouve des propos parfois excessif.
    Oui, à d’autre moment, il y a de la provocation.
    Oui, ce sont des propos engagé qui n’engagent que ceux qui les expriment.
    Mais, d’accord ou pas, la cellule est TOUJOURS un formidable support à réflexion.

    Car ce n’est qu’en se confrontant à des points de vue nouveaux et en se désaxant que l’on peut dépasser l’obstacle épistémologique.
    Et certainement pas en se conformant au politiquement correcte, à la pensée unique, à la doxa.

    Sans prétendre à créer des jeux mais simplement en tant que joueur (et MJ), la cellule c’est :
    1) Une formidable source d’inspiration.
    2) L’occasion de comprendre enfin ce que l’on fait et comment/pourquoi un JdR marche.
    3) Une invitation à penser le monde et la société.

    Alors merci à vous tous et chapeau bas à tous ceux qui acceptent de « prendre des coups » en venant exposer leurs points de vue dans les podcasts !

    RépondreSupprimer
  11. Mon premier point, factuel: pour les auditeurs de la cellule et pour mémoire, l'Insurrection qui Vient ça a été écrit par le Comité Invisible, a priori composé de gens proche des post-situationnistes de Tiqqun.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Insurrection_qui_vient

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tiqqun#Publications_en_fran.C3.A7ais

    Ensuite, à la 32ème minute Rom dit: "Le joueur n'est pas un acteur". Ça me blesse, en tant que joueur mais aussi en tant que théâtreux. En tant que joueur, si je ne suis pas acteur de la partie autant aller regarder un film. Je passe le cour d’étymologie mais être acteur c'est agir et à moins qu'on m'ait menti les joueurs agissent, ne serait-ce qu'en interprétant leur personnage. Après on peut dire comme au théâtre que la personne qui joue un rôle (l'acteur/actrice) ne fait que prêter son corps au personnage et c'est le personnage qui s'exprime, ce que je réfute tout à fait, l'acteur/actrice ne fait que livrer une interprétation du personnage mais ne livre pas le personnage lui-même dans son entièreté. Mais je m'égare. Là où je voulais en venir c'est que quelque soit le sens que l'on donne au terme acteur il s'applique toujours aux joueuses/joueurs quand bien même sont-elles/ils aussi créatrices-teurs d'une fiction particulière et à part entière ce qui nous rapproche du théâtre d'improvisation. Je crois qu'il y aurait certainement un podcast à faire autour de la théâtralité dans le jeu de rôle.

    A la suite de cela vous parlez de parties standardisées et j'ai le sentiment qu'il y a deux approches possibles pour définir la partie (et subséquemment dire si elle est standardisée ou non). La partie, avant d'être une expérience de jeux, c'est un système de jeu (et éventuellement un scénario), c'est-à-dire des codes que tou-te-s les MJs et tou-te-s les joueuses/joueurs partagent et en ce sens on peut dire qu'une partie de JDR est standardisée car on peut changer de table/cercle/guilde/whatever le code n'aura pas changé, les dés 100 existeront à Kthulhu et le Graveur sera toujours à la nouvelle York.
    Cependant, en effet, chaque expérience de jeu est unique et aucune partie ne ressemble à une autre mais cela n'est pour moi pas différent de la taille de pierre. Tous les tailleurs de pierre ont les mêmes outils et pourtant ils n'ont pas les mêmes techniques et on peut (avec beaucoup d'expérience) différencier au toucher les pierres taillées par tel ou tel artisan.
    Je dirais que les outils sont standardisés mais pas les façons de les utiliser.


    Enfin, par rapport au débat autour des notions d'élitisme et de notes d'intentions qui tournait beaucoup autour des intentions philosophiques des auteurs, j'aimerai dire simplement qu'on parle de jeu de rôle ici, concrètement il n'y a rien de vital à comprendre la portée métaphysique d'un scénario et on peut jouer à Sens (par exemple) sans en comprendre (toute)la portée philosophique et passer un super moment juste parce que l'histoire et le système de jeu sont plaisants et immersifs. Quelle que soit l'oeuvre il y aura toujours des gens pour se creuser les méninges à essayer de la comprendre et la décortiquer et puis des gens qui se laisseront aller à simplement jouer par pur plaisir, et souvent ils jouent ensemble, et c'est pour cela qu'il faut se faire un gueuleton, ou un apéro, après une partie. De toute façon il n'y a que les MJs qui lisent les notes d'intentions et ça ne gâche en rien le plaisir du jeu.

    Désolé d'avoir fait un peu court, peut-être que mes idées ne seront pas suffisamment claires. Bises

    RépondreSupprimer
  12. Ok, je te concède volontiers ce point sur l'acteur. Effectivement le joueur est toujours acteur de son personnage.

    Quoi qu'il en soit, ce que je voulais dire c'est qu'il n'est pas nécessaire pour un débutant, ou un joueur aguerri, de jeu de rôle de posséder le talent de Lino Ventura pour jouer au jeu de rôle.

    Le problème de dire : "le joueur de JDR est un acteur", c'est qu'il semble poser pour beaucoup un coût d'entrée dans le jeu de rôle, ce qui n'est pas le cas en réalité.

    Voilà pourquoi je tempérais les propos de Cédric (il me semble). ^^

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Romaric,

    J'apprécie ta démarche qui te pousse à consacrer du temps à des critiques/détracteurs et à y répondre (et à concéder des erreurs d'expression ou d'analyse).

    Je trouve intéressant que tes propos suscitent des réactions (qui j'espère n'ont pas dépassées les limites permises par la loi) car l'indifférence aurait été plus inquiétante.

    Je comprends ta philosophie politique lorsque tu t'es référé au comité invisible et aux mouvements autonomistes, ce qui m'a permis de comprendre le position qui transparaissait de ton texte.

    La seule chose qui m'a gêné dans ton texte, c'est ta présentation de la Forge comme sauveur du JDR. Si tu veux la voir comme le meilleur du JDR, pourquoi pas mais au delà, c'est factuellement faux (mais Bliss Stage et Polaris c'est très, très bien !).

    Je te souhaite de la réussite dans la poursuite de ton podcast, que je compte suivre.

    Cordialement,

    Yann

    RépondreSupprimer
  14. La forme du podcast est assez fatiguante même si le fond est souvent intéressant.
    On à l'impression de voir un post de forum listant une suite de citations d'un précédent message et des réponses.

    RépondreSupprimer
  15. Oh ouiiii un podcast sur la théâtralité, trop bien ! ça vaut vraiment le coup d'approfondir le sujet !

    RépondreSupprimer
  16. Oh ouiiii un podcast sur la théâtralité, trop bien ! ça vaut vraiment le coup d'approfondir le sujet !

    RépondreSupprimer