jeudi 26 septembre 2013

Podcast N°38 : Sens Néant, les défauts du système






(Durée 01 : 22 : 30)

Cette semaine avec Adrien et Jérôme nous critiquons Sens Néant : Sétantra. Nous nous penchons tout particulièrement sur les défauts de son système de résolution. C'est un podcast technique qui revient sur plusieurs points problématiques. "Le level up", "la confrontation de Rayonnement", "le duel de Larme" et "les taches Acides" seront traitées dans cet ordre afin de permettre au maître de Sens Néant d'optimiser le jeu.


Nous verrons que le système de résolution comporte quelques obscurités. Tantôt volontaires, tantôt maladroits, ces défauts forment à la fois des problèmes techniques et des problématiques philosophiques. A l'image des autres Sens, Néant laisse apparaître ses défauts, comme s'il invitait les meneurs à y réfléchir par eux-mêmes. Ce podcast est à la fois le "patch" du système de résolution de Sens Néant et l'index de certaines réflexions induites par lui.

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et surtout jouez bien !

10 commentaires :

  1. La question et la réponse dans un seul et même podcast, c'est rare.

    RépondreSupprimer
  2. Podcast sans doute très intéressant mais destiné aux joueurs et meneurs de Sens. J'ai rien compris mais c'est pas grave !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis la fameuse joueuse qui voulait absolument passer sans se battre et soit je n'ai pas compris ce qui a été dit, soit je ne suis pas convaincue par les éclaircissements donnés.
    J'explique pourquoi mon personnage a refusé de se battre à ce moment-là : les Myriadiens qui nous bloquaient le faisaient parce qu'ils avaient perdu toute confiance dans les Sétantras. Du coup, mon personnage refusais la violence pour regagner cette confiance. Je maintiens donc qu'il y a un paradoxe ici : si la non-violence est déjà une forme de violence, non seulement c'était dans mon cas à l'encontre du message que je voulais faire passer et contre-productif quoi que je puisse faire, mais en plus ça signifie que tous les Myriadiens et Sétantras sans exception sont toujours dans le conflit violent.
    Suis-je trop dans l'anthropomorphisme ? Dans ce cas, je n'ai pas compris Néant.

    Dernière chose, quand je vois qu'un sujet de podcast clairement explicité dans le titre m'est inconnu et que je risque de ne rien comprendre, je ne l'écoute pas avant de m'être renseignée.

    RépondreSupprimer
  4. Schultz (Jérôme S.)28 septembre 2013 à 12:54

    Bonjour Nat'
    Pour moi, la non-violence dans ce cas précis aurait été de tourner les talons et de partir. Ou encore de s'asseoir et attendre patiemment.
    À partir du moment tu utilises ton rayonnement pour POUSSER les myriadiens à refuser le conflit eux aussi, tu t'impliques déjà dans le conflit en fait.
    Je vais faire un parallèle un peu naze mais qui me semble coller: quand Gandhi fait la Marche du sel ou des grèves de la faim ; malgré sa non-violence, ne prend-il pas par au conflit ? N'affaiblit-il pas le rayonnement des anglais en Inde ?
    Après, j'avoue que la situation est ambiguë, mais Romaric dit dans le podcast que c'était un des buts recherchés.
    Finalement, à te relire, j'ai l'impression que Rom' a peut-être raison dans le podcast. Tu aurais éventuellement dû utiliser l'Acide ici, Nier le conflit. Ça aurait collé à la vision que tu avais de ton action. Enfin je crois...?

    @jeepee : en effet, c'est du podcast technique qui servira surtout aux MJs de Néant. Les autres seront plus abordables je pense.

    RépondreSupprimer
  5. Alors d'abord j'ai une question d'interprétation que j'aurais du poser beaucoup plus tôt : "n'avoir aucun sentiment pour", pour moi c'est être indifférent, pas haïr ou mépriser. Est-ce que je l'ai bien compris ? Si oui, ici ce n'était pas que je n'avais aucun sentiment pour le conflit, au contraire, je détestais ce que ça nous obligeait à faire, donc je n'avais pas de lien acide à mettre en jeu.
    Effectivement j'aurais peut-être du simplement m'asseoir et attendre, et je crois que c'est ce que j'ai fini par faire. Mais pour moi, passer sans attaquer ce n'était pas utiliser son rayonnement, et c'est peut-être là qu'il y a eu un problème au départ, parce que je n'avais pas compris ce point précis des règles.
    Mais surtout, ce qui m'a frustrée, c'est que mon action qui ne visait pas à blesser les Myriadiens, mais au contraire à les préserver, a été mise sur le même plan que les actions des autres Golems, qui visaient consciemment la brisure.

    (heu... sinon le podcast était très intéressant, et j'ai même dit à Adrien jeudi matin : "Chouette, on est jeudi, et le jeudi c'est cool parce que y a le podcast de la Cellule)

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  7. J'aurais bien voulu être là pour voir ça. J'ai encore pas mal de difficultés à comprendre la scène dont il est question ici. Mais il me semble que le coeur du débat tient à ce qu'on appelle "La Violence"...

    Est-ce qu'on parle de la violence de confrontation de Rayonnement, un peu comme le ferait un sétantrien de Feu ? Ou de la violence du pacifisme comme le ferait un sétantra de l'Eau ou bien de la non-action totale comme un Acide ? Difficile à dire, sans avoir vu toute la scène.

    Quoiqu'il en soit Nat, il me semble que la frustration ressentie ici à plus à voir avec le comportement des autres Joueurs vis-à-vis des créatures du désert qu'avec les créatures du désert elles-mêmes. Finalement, dans ce conflit, qui est ton ennemi ? Les créatures du désert ? ou les autres joueurs qui veulent les exterminer ? Selon ta réponse on pourra surement y voir plus clair. ^^

    RépondreSupprimer
  8. Après discussion avec Adrien hier, il semble qu'il y ait deux problèmes ici. Premièrement un qui vient de moi : je suis effectivement trop dans l'anthropomorphisme, et j'aurais aimé qu'il y ait une différence entre la confrontation avec armes et la confrontation avec arguments.
    Deuxièmement un qui vient de la non-adaptation de la scène au système à mon sens. Les Myriadiens du désert ne voulaient pas nous laisser passer parce qu'ils ne voulaient plus de la symbiose, ils n'acceptaient plus la présence des Sétantras chez eux. Mon personnage a interprété ça comme une perte de confiance des Myriadiens, une impression de leur part que les Sétantras voulaient les dominer, profiter d'eux. Donc, il s'agissait de prouver que nous ne leur voulions aucun mal et que la symbiose pouvait être rétablie. Le problème est : comment prouver que je ne veux pas dominer, si le fait même de prouver est déjà une forme de domination, de défaite infligée à la personne en face ? Ce que je voulais faire allait forcément au conflit de rayonnement, hors c'était justement le perpétuel conflit de rayonnement imposé par les Sétantras que je j'avais l'impression que les Myriadiens nous reprochaient.
    Je sais pas si c'est plus clair...

    RépondreSupprimer
  9. Je confirme que Sens (en général) est un jeu participationniste: les joueurs acceptent que leurs personnages ne bénéficient pas d'une liberté d'action complète (i.e. certains événements doivent se produire quoi qu'ils fassent, y compris en leur imposant des actions) mais c'est su. Par opposition à l'illusionnisme dans lequel le meneur de jeu fait croire aux joueurs qu'il ne met pas de contraintes mais tente de les manipuler à leur insu.

    Romaric dit un moment qu'il a créé un système de jeu permettant de retranscrire la physique du jeu. C'est peut-être un reliquat de la culture du jdr traditionnelle qui prônait (prône?) beaucoup cela: le système de résolution doit "simuler" la réalité au plus proche (note: absolument rien à voir avec le situationnisme).

    RépondreSupprimer
  10. Un jeu de rôle ou tu ne meur pas, Eclipse phase. Tu es un espris emuler qui est recharger dans différents corps.

    RépondreSupprimer