jeudi 8 février 2018

Podcast JDR : Trans, Jeu de rôle et Queervention






(Durée 02 : 39 : 27)
Télécharger le podcast

Le CLGBT de Rennes (Centre Lesbien, Gay, Bi et Trans) a suivi nos mésaventures de la semaine dernière. Julien Guibert, habitué de La Cellule et secrétaire de l'association, me propose de revenir sur les dernière petites erreurs de notre podcast. C'est aussi et surtout l'occasion de se poser des questions sur les liens entre la communauté rôliste et la communauté LGBT.

 Le tableau des activités du CLGBT de Rennes

Cette semaine, avec la présidente du centre, Selene Tonon (chroniqueuse chez Ludologie, Jouer des parties de jeu de rôle) et le secrétaire du centre Julien Guibert (auteur des Terres Suspendues), nous revenons sur les événements de la semaine dernières avant de nous interroger. Le genre est-il une question d'identité personnelle ou une question sociale ? Les personnes LGBT se sentent-elles en sécurité autour d'une table de jeu de rôle ? Le jeu de rôle est-il le lieu idéal pour soulever les problématiques existentielles liées au genre ? Pourquoi avoir choisi d'organiser une queervention ? 

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et, surtout, jouez bien !

7 commentaires :

  1. Un peu déçu par ce podcast... Peut-être parce que ce que j'aime habituellement dans les podcasts de La Cellule, c'est le débat et la contradiction, qui étaient absents ici. Mon esprit critique n'a pas été satisfait ! Après je comprends que sur ce type de sujet on ait peur de dire une connerie et se faire traiter de *phobe.

    J'ai été aussi choqué par l'utilisation récurrente de l'expression "les gens" ou "dans la tête des gens". Au mieux c'est de la grosse généralisation, au pire de la condescendance.

    RépondreSupprimer
  2. Merci la Cellule pour ce très bon podcast de vulgarisation !
    Tous les intervenants sont passionnants, et le sujet pris par le prisme du podcast OneShot#19 est vraiment bien amené.

    @Faboo : je pense que la peur de passer pour un "*phobe" est surtout dans la tête de certain.e.s. Là je trouve la démarche de Romaric très claire et explicite. Il s'intéresse à un nouveau sujet qu'il ne maîtrise pas.

    RépondreSupprimer
  3. C'est cool d'avoir fait cette démarche de la part de la cellule, et ça serait effectivement bien d'avoir des podcasts plus divers (a la cellule et ailleurs). Bravo ��

    RépondreSupprimer
  4. Une précision sur wikipédia : Wikipédia, en tout cas sa version francophone considère simplement qu'une personne n'est pas compétente ni légitime à son propre sujet (pour éviter la dérive autobiogaphique).

    RépondreSupprimer
  5. Au délà du débat, je retiens que j'ai surtout appris plein de choses. J'ai adoré l'aspect très "pratiques" des exemples donnés. Maitrisant rien du sujet, faire un podcast de théorie pure m'aurait perdu, mention spéciale pour le "marcher sur le pied" de Solène qui m'a beaucoup plu :)

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce podcast très éclaircissant. J'ai beaucoup aimé la démarche "naïve" de Romaric dans laquelle je me reconnais beaucoup étant dans l'absolu le même genre d'idéaliste.
    Je ne milite pas mais je comprends bien la démarche de Sélène dans laquelle je me reconnais. J'essaye d'appliquer cette indifférence sociale aussi aux handicapés, ou à tout autre type de personne non-lambda qui sont dans une insertion sociale compliquée (religion, drogue, politique, etc).

    J'avoue sans honte ne pas être complètement à l'aise avec la démarche de Julien qu'il décrit à la fin du podcast. Je trouve que c'est un "test" q'au final très peu de personne peuvent passer avec confort, ce qui n'est pas de nature à apaiser les esprits.
    Cela provoque le débat, certes, mais je ne pense pas que la société actuelle, très émotive, soit vraiment apte à bien comprendre les enjeux de ces questions là. C'est une démarche qu'il fallait avoir dans les années 90, mais je pense qu'aujourd'hui ce type de méthode ne marche peu être pas vraiment : par exemple pour moi, si on vient me cueillir, à froid, sur ce genre de questions qui me sort de ma zone de confort d'homme blanc cys-hétéro génération X célibataire sans enfants, je ne suis pas sûr d'avoir 100% du temps l'ouverture d'esprit necessaire à une réaction non bourine (j'ai arrêté d'essayer d'être un saint il y a 15 ans, car cela me donnait trop d'envies de me balancer par la fenêtre :) ).

    RépondreSupprimer