jeudi 29 avril 2021

Garage N°23 : Pourquoi ajouter une couche esthétique à des mécaniques ludiques ?

(Durée 01 : 38 : 48)
Télécharger le podcast


 
Après avoir joué à beaucoup de jeux de société très différents, Adrien Cahuzac s'interroge sur le sens et l'intérêt de la couche esthétique pour des jeux dans lesquels la mécanique et l'esthétique pourraient être décorrélées. Pourtant des éditeurs, des auteurs, des joueurs choisissent toujours d'adjoindre à leurs règles des univers, des dessins, des couleurs, une esthétique singulière... 
 

Ce mois-ci, Flavie, Natacha et moi-même tentons de répondre à l'épineuse question d'Adrien. Pourquoi a-t-on besoin que des règles soient enveloppées dans une esthétique ? Est-ce que cela les rend plus compréhensibles ? Certainement... Est-ce une question d'emballage, parce qu'il faut qu'il y ait de belles illustrations sur les boîtes ? Très certainement... Mais il faut encore chercher plus loin, dans l'idéologie véhiculée par certains jeux de société, voire dans l'idéologie véhiculée par le jeu de société lui-même...

Bonnes semaines à tous et à toutes, portez-vous bien et, surtout, jouez bien !

7 commentaires :

  1. Un grand grand merci à Flavie, à Adrien et à Natacha pour leur expérience, leur bonne humeur ! Excellente question, super sujet de podcast ! Merci à Adrien de nous l'avoir ramené.

    Des bisous !

    RépondreSupprimer
  2. Pour réfléchir sur la conscience phénoménale et le fameux "effet que ça fait", il y a de super vidéo avec M. Phi : celle-ci introductive sur la conscience
    https://www.youtube.com/watch?v=r-RHHrrdbfM
    et celle-ci, une discussion passionnante sur l'illusionnisme (la théorie dans laquelle la conscience n'existe pas) :
    https://www.youtube.com/watch?v=vrfaqsb_0LM

    RépondreSupprimer
  3. Sans vouloir te jeter des fleurs Romaric, tu ne me feras pas avaler la pillule que le fait que Vade+Mecum soit un jeu en trois dimensions relève du pur hasard. J'ai même envie de dire que cette aimantation entre l'univers et les règles c'est un peu ta griffe.

    RépondreSupprimer
  4. Sans vouloir te jeter des fleurs Romaric, tu ne me feras pas avaler la pillule que le fait que Vade+Mecum soit un jeu en trois dimensions relève du pur hasard. J'ai même envie de dire que cette aimantation entre l'univers et les règles c'est un peu ta griffe.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai un contre exemple pour le côté "l'esthétique permet le propos" : Abalone, jeu abstrait bien comme il faut, possède un propos. L'auteur y attache beaucoup d'importance d'ailleurs il me semble.

    RépondreSupprimer
  6. Développe... je ne me souviens plus...

    RépondreSupprimer
  7. Ce podcast m'a fait penser à l'aphantasie, cette incapacité chez certaines personnes à se créer des images mentales.
    Parce que se créer des images mentales, du fluff, imaginer, à l'air d'être une capacité très humaines.
    Peu de gens s'intéressent aux jeu proprement abstraits comme le go ou an jeu comme Zendo.

    RépondreSupprimer