jeudi 13 mars 2014

Podcast JDR : Le jeu vidéo et le jeu de rôle, avec Grégory "RaHaN" Szriftgiser






(Durée 01 : 48 : 04)

Le jeu vidéo est-il l'avenir du jeu de rôle ? Si l'on en croit les propos tenus par Sébastien Célerin dans un précédent podcast de La Cellule : "le jeu de rôle de masse existe déjà et il s'appelle le jeu vidéo". Pour beaucoup de rôlistes, cette affirmation a de quoi surprendre, voire choquer. Car, si les deux médias entretiennent de nombreuses relations, ils entretiennent aussi, l'un envers l'autre, quelques vieilles rivalités.


Avec Sébastien Célerin (Les XII Singes), Grégory Szriftgiser (autrefois chez Gameblog, aujourd'hui chez Ubisoft), Jeff et Darky, nous discutons des liens étroits entre ces deux médias. Peut-on définir ces deux médias, ou sont-ils protéiformes par nature ? Les problématiques du jeu-vidéo et du jeu de rôle sont-elles les-mêmes ? Les acteurs de ces deux médias sont-ils mus par les mêmes désirs, les mêmes motivations, les mêmes intentions ? L'un est-il dans l'ombre de l'autre ? Sont-ils concurrents sur le marché de l'interactivité ou sont ils au contraire complémentaires ? 

Merci de votre fidélité. Bonne semaine à tous. Portez-vous bien et surtout jouez bien !

6 commentaires :

  1. Quel podcast ! J'ai adoré le monter, couper tous ces petits moments ou skype fait des siennes, c'était un vrai plaisir. Merci à nos invités et merci LE public !

    Merci de votre fidélité, la semaine prochaine on va encore débattre avec un bien bel invité.

    RépondreSupprimer
  2. Le jeu vidéo et le jdr se ressemblent comme la littérature ressemble au cinéma. ;)

    RépondreSupprimer
  3. Il y a un truc qui m'a vraiment interpelé : le JV sait qu'il n'est pas concurrentiel avec les JDR sur certaines choses. Pas encore. Et tout est là. Il cherche à le devenir. Le milieu du JdR n'est pas concurrentiel sur d'autres points. Mais cherche-t-il à élargir ses possibilités, à combler ses lacunes, à approfondir ses spécificités pour garder un train d'avance, à accepter qu'il est surpassé par le JV pour certaines choses ?
    Si les 2 médias ont des chances de se rejoindre un jour, l'expérience que proposera cette fusion dépendra énormément du poids de chacun. Et j'ai un peu peur car je trouve que le JV évolue plus vite que le JdR, notamment parce que chaque évolution est bien accueillie, perçue comme amélioration ou offrant de nouvelles possibilités. Cela n'empêche pas de continuer à sortir des jeux que l'on pourrait appeler traditionnels en JV (course de voiture, jeu de plateforme, duel de combattant...) mais ces "vieux" jeux ont su se nourrir des évolutions. En JdR, l'école traditionnelle et l'école anar ont du mal à se pousser mutuellement dans la même direction (bon heureusement, ça existe mais c'est dur et ça prend du temps).

    RépondreSupprimer
  4. Assez intéressant à entendre.
    Je suis étudiant (en pause) d'anthropologie qui est rôliste et pense se lancer dans l'étude de l'anthropologie dans le jdr.
    Je sais que là je ne pourrai pas dire grand chose, mais oui, je compte bien donner mon avis, pas ma réflexion, dans ce commentaire:
    oui, c'est très intéressant et peut être très utile à penser et réfléchir tant au jeu lui-même et la manière dont le voit les joueurs eux-mêmes.
    Bref, juste un poste pour dire que c'est très intéressant, ça motive bien et que s'il y avait une possibilité de parler le serait aussi.
    Merci en tout cas de cet échange, même juste à un niveau personnel :)

    RépondreSupprimer
  5. Petite perspective sur ce sujet, issue d'un vieux numéro de TILT (1983 quand même):

    http://download.abandonware.org/magazines/Tilt/tilt_numero003/TILT%20003%20(Janvier%20-%20F%E9vrier%201983)%20-%20Page%20052.jpg

    (via le fil twitter de @Martinmerlan)

    RépondreSupprimer
  6. Un podcast très interessant mais je trouve dommage que certains points n'aient pas été traité.

    Pour moi le jdr et le jeu vidéo sont frêres mais différents.
    Le JV propose effectivement une expérience garantie, peu exigeante en terme d'investissement (sinon de temps) mais assez "plate".
    Le JDR demande que ça "se passe bien", qu'on fasse un effort intellectuel et social (s'organiser avec des gens, leur parler, etc.) mais offre un plaisir qui "flatte" l'intellect. Car même si la fiction est pauvre, elle est le fruit de notre imagination et est unique).
    Ca c'est pour les clichés car il faut bien admettre que les différences s'estompent. Le JDR devient de plus en plus solide niveau proposition ludique et le JV (surtout indépendant) propose des expériences vidéoludiques de moins en moins passives.

    Et quid des avancées dans un sens ou l'autre?
    Moi, chaque semaine, je me pose chez moi derrière un écran pour... jouer au jeu de rôle! Le jdr virtuel (via Skype ou Hangout) propose des expériences nouvelles pour faire du jdr classique mais avec des outils nouveaux (je pense notamment à un projet pour skype qui propose remplacer ton visage par un "avatar" reprenant tes expressions faciales)
    Quid aussi des expériences ludiques multimédias comme ces jeux via smartphone qui ressemblent à du GN massivement multijoueurs où tu dois résoudre des énigmes en visiter des endroits réels?

    Bref pas d’absorption de l'un par l'autre mais clairement des inspirations à prendre de chaque côté.

    RépondreSupprimer